Réactions à chaud avant l’ultime boucle de cette 28ème édition.

Christophe Vaison. (1er) « Nous avons modifié les réglages de l’auto, du châssis notamment. Nous avons opté pour des slicks tendres, non retaillés qui accrochent même sur le mouillé. C’était audacieux, mais ça fonctionne ! »

 

Éric Brunson. (2è) « J’ai mis des slicks, mais nous n’avons pas réussi. Il y a du mouillé partout, des plaques noires partout ! Tu roules 500 m sur le sec puis il pleut. Toute la matinée a été rythmée ainsi. En plus c’est très rapide. Tu sais pas si il y a du grippe ou pas. J’ai du mal à comprendre. Du coup je ne suis pas en confiance. Je ne parviens pas à appréhender le terrain. Je ne veux pas casser la voiture. Au final je ne roule pas. Mais bon, il reste un tour et les conditions météo tendent vers le sec. »

 

Farouk Moullan. (3è) « J’ai attaqué dans la première par un tête-à-queue. Nous avons perdu du temps. Je ne suis pas trop habitué au rapide sur le mouillé. Mais ça va, nous signons le 3ème chrono dans la longue et dernière spéciale de ce matin ! »

 

Étienne Bouhot. (4è) « J’ai eu une grosse chaleur à l’arrivée à Sainte-Hélène. La voiture est partie dans tous les sens. Je suis heureusement parvenu à la maîtriser avant que ce ne soit trop tard. Ce n’est pas grave, nous allons combler nos 30 secondes de retard sur le Réunionnais cet après-midi. »

 

Laurent Mottet. (5è) « J’ai roulé 4 kms sans turbo dans la première spéciale. Du coup nous nous sommes occupés de le réparer mais pas des pneus mal adaptés. Dans la dernière nous avons monté les bonnes gommes. Résultat, le 2è chrono à moins de 14 secondes de Vaison. On s’amuse c’est l’essentiel ! »

 

Philippe Baffoun. (6è) « Je m’habitue à la voiture. J’adopte les consignes que l’on me donne. Au contraitre de la Mitsu le moteur est linéaire. Sans compte-tours c’est complexe.. Je suis toujours en phase de découverte. Hier j’ai pris du plaisir avec de bons chronos. »

 

Mathieu Walter. (7è) « Hier avec ma DS3 R3 j’ai fait le trou. Je gère aujourd’hui. Je me méfie car il ya beaucoup de plaques noires. Placer ma voiture à quelques secondes des WRC et autres R5 me satisfait pleinement ! »

 

Thierry Batteau. (8è) «  Je suis content d’être au milieu des grosses voitures avec ma Saxo VTS, et en tête du Groupe F 2000. C’est difficile d’espérer mieux ici. »

 

Maxime Bailliere. (9è) « J’ai bien roulé sous la pluie en signant avec ma Clio Ragnotti, le 3è temps scratch dans la première, entre une Fiesta R5 et la WRC de Brunson. Je me sens très bien. Maintenant il faut gérer tout en roulant pour éviter la grosse erreur  et remporter le Gr N ! »

Add a comment

(Will not be published)

Back to articles